Je pars. Ou je reviens. Je sais plus.

Je m’apprête à traverser la planète avec mes 3 enfants après ce périple insensé qui n’a pas fini de m’étonner en chamboulement, surprises, déception et très grand bonheur.

Comment cela à commencé déjà? Ah oui, mon mari allait faire une maitrise en Allemagne où nous étions censé passer un an. Mais la vie étant ce qu’elle est, me voici au Sri Lanka prête à faire plus de 30 heures de déplacement pour revenir chez moi après 5 mois de voyage…

Déçue? Pas le moins du monde. Je me suis aperçu qu’encore une fois, la vie m’avait bien eu en me donnant exactement ce que j’avais souhaité. C’est en feuilletant mon cahier de note que j’ai compris.

Je travaille beaucoup avec des objectifs, courts moyens et longs terme! J’adore ça. Je fais des visualisations, dans ma tête, sur papier, sur toile… Je travaille depuis plusieurs années à changer mon rapport à l’argent. Après 10 ans de théâtre de création, je m’étais aperçu que l’argent n’avait jamais été une motivation et même inconsciemment j’aimais cette vision romanesque de l’artiste bohème. J’aimais l’image de Beauvoir et Sarte dans un café enfumé. Mais avec des enfants, ça devient moins pertinent.

Je m’étais donc mis en tête de faire du CASH! J’ai essayé plein de chose, je suis même allée au HEC pour me permettre de m’ouvrir à faire de l’argent. Cet objectif restait toujours incomplet malgré le temps qui passait. Je me suis attelée aux croyances. « Fille d’ouvrier » que mon père nous disait, fier qu’il était dans son âme syndicale. Ça jongle mal avec ma nouvelle passion du patronat et du CASH qui coule à flot. Et j’entendais ma mère qui disait : « l’important c’est pas l’argent, c’est qu’on soit ensemble. » Cette maxime a défini les 9 dernière années avec mes enfants. Pauvre ou riche, le temps passé avec eux a toujours été la chose la plus importante. Malgré ces croyances déterrées, toujours rien niveau porte-feuille. J’ai fondé une compagnie, travaillé d’arrache pieds comme représentante… toujours rien.

Et puis j’ai fait cette liste :

Pourquoi je veux être riche :

-Pour pouvoir m’acheter une maison

-Pour pouvoir voyager avec mes enfants

-Pour avoir un traiteur

-Pour pouvoir aider et contribuer

La première chose qui est arrivée c’est ma maison il y a maintenant quelques années. Je ne le raconterai pas ici, mais disons que 2 parents ex-comédiens en retour aux études avec beaucoup de dettes qui réussissent à acheter, c’était impressionnant.

J’ai alors remplacé l’objectif « acheter une maison » par « rénover ma maison ». Et mon toit a coulé. Juste à la bonne place, nous permettant de faire rénover la moitié de notre maison par les assurances. C’est à ce moment qu’Antoine a découvert la maitrise en Allemagne. Elle lui donnait le droit de travailler au Québec et le formait à la pédagogie Waldorf (ce qui lui permettait de garder son poste à l’école Waldorf Imagine dans le village où nous habitons) et le tout en 1 an et demi plutôt que 7 ans s’il restait qu Québec pour le faire. C’était fou. On a commencé à l’envisager pour 2020. Et puis la directrice du programme, a dit à Antoine que s’il commençait dans la cohorte de cette année, elle pourrait lui créditer le tiers des cours; se qui devançait nos plans fortement. S’il voulait continuer d’enseigner, fallait sauter…

Mais c’était difficile l’Allemagne. J’ai écris plusieurs article que j’ai mis de côté sur mon envie de fuir ce pays. Pas constructif. Trop subjectif. Disons seulement que vivre à 5 dans le 2 pièce de l’université, l’école en allemand pour Arthur (lire Tremble mon fils), le coût de la vie et les visages sans sourires ont finis par être trop durs à porter. Le stage d’Antoine que nous envisagions en France n’aboutissait pas. Nos dollars canadiens fondaient si rapidement une fois en euros… On a décidé d’aller vers l’Asie. Antoine a trouvé un stage facilement en Inde. J’ai rêvé du Sri Lanka. C’était juste à côté. On a convenu qu’Antoine partirait le premier vers l’Inde pour trouver à nous loger convenablement. (On avait l’expérience de l’Allemagne sous la cravate. )

Je ne m’aurais jamais permis ça, mais de fil en aiguille, je suis aboutie en voyage avec mes enfants dans le plus beau pays du monde. Et ici, mes dollars canadiens valent bien plus. J’ai loué une maison près de la plage. Et j’ai créé des liens avec mes voisines. L’une d’entre elles, fait les meilleurs « Rice and carry » et comme il y a vraiment beaucoup de moustiques lorsqu’on mange dans son petit resto (qui est en fait sa cour arrière), on lui a demandé de l’apporter chez nous… Vous me voyez venir. J’ai eu un traiteur!!! Et puis, la dame de la plage où j’allais tous les jours m’a demandé de l’aide avec internet. Avec mes expériences d’entreprises, je me débrouillais un peu alors je l’ai aidé à se créer un site. Et j’ai fait une campagne de financement pour une autre. J’aidais et je contribuais en accord avec mes valeurs.

Et mon porte-feuille dans tous ça!!! Toujours rien. Mais je reviens avec le sentiment d’être immensément riche. J’ai dit dans une capsule vidéo sur notre groupe Facebook que je ne savais pas trop comment j’allais payer mes billets d’avion de retour mais que cela ne me dérangeait pas. Certains se sont inquiétés. J’en suis navrée. 🙂 En fait, je sais que nous recevons ce que nous souhaitons.

Il me reste à être plus précise!

Je vais donc reformuler mes objectifs. Je les mets par écrit ici. Comme ça, j’aurai des témoins!

Objectifs :

– Être libre de dettes

– Contribuer à rendre le monde meilleur

– Être libre financièrement

-Acheter une terre (ou Simone pourra avoir le cheval dont elle rêve)

– Créer (pleins de chose avec pleins de support différents)