Apprendre à ne rien faire

par | Parentalité

Nous observons une augmentation des troubles anxieux chez les jeunes depuis quelques années. Insomnie, angoisse, crise de panique font maintenant partie de la réalité des enfants et ce, même à l’âge préscolaire. L’anxiété de performance, l’hyperstimulation et la pression mise sur nos jeunes ne fait qu’accroître les troubles anxieux et accentuer le stress chez les enfants et adolescents.

En plus d’accumuler des heures d’école qui dépassent leur capacité de concentration, les jeunes ont souvent plusieurs activités inscrites à leur horaire. Dans les écoles, les CPE et organismes communautaires, plusieurs enfants sont épuisés à un âge où, normalement, ils devraient débordés d’énergie. Pourquoi? Tout simplement parce qu’on ne les laisse plus être fatigués, on ne les laisse pas se reposer, on oublie de leur apprendre à ne rien faire.

Aussi surprenant que cela puisse paraitre, « ne rien faire » n’est pas inné. Notre corps nous apprend à cesser nos activités dans les premiers mois de notre vie par des signaux tel le relâchement des muscles, la fatigue, le manque de concentration. Lorsque le corps réagit ainsi, il est temps de se reposer. On n’a qu’à observer les nourrissons qui s’endorment dès leur biberon terminé; le corps travaille très fort pour assimiler les nutriments, les digérer et les convertir en énergie. Il a donc besoin de repos pour faire son travail.

On apprend aux enfants à marcher, à parler, à manger, mais oublie souvent d’apprendre aux enfants à simplement relaxer, à ne rien faire, à prendre des pauses, car, avouons-le, les adultes ont tendance à eux-mêmes performer dans de multiples tâches. 

Les enfants ont certes besoin d’être stimulés dans leur développement, mais ils ont également besoin, tout comme les adultes, de se reposer.

Si vous avez tendance à vous en demander beaucoup, à surcharger votre horaire et à dépasser vos limites, il est grand temps de ralentir et de montrer l’exemple à votre enfant.  

Prenez au moins 30 minutes par jour pour reprendre votre souffle, relaxer, calmer votre mental et relâcher vos muscles.  Ensuite, vous pouvez partager des activités douces et calmes avec vos enfants comme le yoga, une promenade sans rien dire, cultiver l’art du silence en vous et autour de vous, car le silence, comme dans la musique, est nécessaire pour conserver un équilibre mental et physique. Apprenez à mieux respirer par des exercices de chant par exemple, à planifier des moments de calme et de silence dans votre agenda et surtout, apprenez à respecter vos limites et celles de votre enfant. Nul besoin de courir tout le temps!

Ne rien faire c’est se faire du bien

Ne rien faire demande de la pratique! Si l’enfant est toujours occupé, les périodes de calme risquent de l’angoisser au début. Rassurez-le; donner une pause à sa tête et son corps est bon pour sa santé!

« Quand nous ne faisons rien, notre cerveau se met en mode « par défaut » : il fait le tri entre toutes les informations dont il dispose. Notre cerveau va permettre de faire une synthèse entre informations nouvelles et des informations plus anciennes. C’est un des temps indispensable à la création de notre autobiographie. Si on n’a pas ces moments, il va manquer des pages à notre autobiographie et surtout une cohérence d’ensemble. »

  • Francis Eustache, professeur et neuropsychologue

 Ne rien faire du tout ne dure que quelques secondes, quelques minutes, mais ce temps est essentiel! L’art de ne rien faire permet de se ressourcer, de retrouver son calme, de ressentir tout son être intérieur. Ce calme et cette paix intérieurs est un très beau leg à offrir aux enfants, car cela l’aidera à s’épanouir, à trouver des solutions par lui-même, à faire preuve d’introspection. 

Surcharger votre horaire et celui de votre enfant risque de vous épuiser inutilement.

Le corps et le cerveau ont des limites et plus vous les surcharger, moins ils seront aptes à répondre aux imprévus comme la maladie, résoudre un problème, répondre à une demande, lutter contre le stress…

Vous anticiper les moments à ne rien faire et repousser vivement le « vide » intérieur? Pratiquez-vous! Commencer par 5 minutes, assis calmement dans votre salon et repousser la pratique d’une minute par jour. Demandez à votre enfant de faire l’exercice avec vous. Fermez cellulaire, télévision et ordinateur et respirez. 

Vous verrez rapidement que de ne rien faire améliorera vos performances physiques et mentales et contribuera à la diminution du stress et de l’anxiété de toute la famille. 

Je suis pas capable!
Je suis pas capable!

J’ai peur que tu grandisses comme ça. Parce que tu sais, il y en a tout plein, des grandes personnes qui essaient jamais rien par peur de pas réussir, qui abandonnent parce que c’est trop long, ou parce que ça leur demande trop de travail. Et ça, c’est grave.

Share This
%d blogueurs aiment cette page :